Bretagne Vivante - Section Rade de Brest

Témoignage : enquête publique sur le SAGE

Jean-Pierre Le Gall est allé déposer à l’enquête publique sur le SAGE à DAOULAS et à BREST.

A Daoulas :

Je suis allé déposer à l’enquête publique sur le SAGE à DAOULAS le 5 Novembre (Jeudi 20 novembre, j’étais le seul à avoir mis des observations ! ), au titre de la section rade de Brest.

A Daoulas :

J’ai mis l’accent sur l’urbanisation et les infrastructures, en insistant sur "les impacts de l’imperméabilisation en terme de pollutions (en m’appuyant sur un rapport d’une commission du Sénat de Février 2002 sur les routes) : matières en suspension, hydrocarbures, zinc, plomb, oxyde d’azote, sans compter les charges bactériennes considérables.

Cette imperméabilisation impacte aussi les cours d’eau lors des fortes pluies (destructions des berges, colmatage des frayères, asphyxie des poissons, envasements des estuaires...), elle empêche la pénétration de l’eau dans les sols, nuisant au rechargement des nappes et à l’alimentation des sources. Les conséquences sont également fortes pour la conchyliculture et les zones de pêche à pied et de baignade."

Autre point abordé, "une meilleure connaissance des aquifères pour lesquels, dans le cadre d’une diversification de la ressource, il est urgent d’acquérir les données de base et dont il conviendrait d’établir des cartes vulnérabilité des eaux. Lors d’une réunion de travail d’un groupe de réflexion mis en place par la préfecture, Laurent Thonon, géologue agréé, soulignait "l’importance des eaux souterraines et disait que la nappe phréatique était "raisonnablement exploitable " (c’était le 12 juin 1982 ...) ."

A Brest :

Hier je suis allé, à titre personnel, en Mairie de Brest (J’étais la deuxième personne de la semaine .....)

J’ai surtout mis l’accent sur "la biodiversité (audit des principaux cours d’eau et affluents -IBGN (macro-faune benthique ) - IBD (diatomées) - IPR(poissons) , ainsi que la mesure de l’intégrité physique des cours d’eau par un suivi des frayères de saumons (Elorn, Mignonne, Camfrout et principaux affluents.)

  • Mesures de restauration géomorphologiques des lits et des berges et de continuité écologique
  • Prise en compte de la présence de plus en plus fréquente dans l’eau, des résidus médicamenteux, antibiotiques (hommes et animaux) , produits cosmétiques, solvants, PCB, nanoparticules de carbone qui sont un danger pour les humains et pour les animaux (féminisation des poissons observée en estuaire de La Seine, la bioaccumulation de substances, dont les hormones, chez certaines espèces atteint des proportions spectaculaires :"si vous mangez 300g de moules de l’estuaire de la Seine, vous avalez l’équivalent d’une pilule contraceptive" (Le Quotidien du Médecin du 15 Octobre 2009) ceci, d’autant plus, que les stations d’épuration ne sont pas adaptées pour éliminer ces micro-polluants."

J’ai donné un avis positif en pointant les points sur lesquels il conviendrait de porter les efforts, tout en sachant que la pollution diffuse d’origine agricole et urbaine est le principat point noir et, aussi, le plus dur à résoudre.


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 189482

Site réalisé avec SPIP 2.1.26 + ALTERNATIVES

     RSS fr RSSActualités RSSBrèves environnementales   ?

Creative Commons License