Bretagne Vivante - Section Rade de Brest

Les zones humides

Navigation rapide

Les zones humides

D'après la loi sur l'eau de 1992 reprise dans le code de l'environnement (Art. L 211-1) :

« On entend par zone humide les terrains, exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d'eau douce, salée ou saumâtre, de façon permanente ou temporaire; la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hydrophiles pendant au moins une partie de l'année »

La communauté scientifique, identifie quant à elle 3 caractéristiques principales pour définir une zone humide :

      • la présence d'eau, même temporaire, en surface ou dans le sol,

      • des espèces végétales adaptées aux excès d'humidité

      • et des sols particuliers, qui se distinguent des sols adjacents (la tourbe, le pseudo-gley (l'oxydation du fer donne au sol une couleur rouille ou grisâtre) , le gley (sans oxygène, le fer confère au sol une couleur bleu-vert) ).

La présence d'un de ces faciès caractérise une zone humide.

Il est désormais établi que les zones humides permettent de :

      • Prévenir les inondations,

      • Préserver et améliorer la qualité d'eau, on les appelle les reins de la planète,

      • Recharger les nappes phréatiques,

Ce sont aussi de formidable réservoirs biologiques et les joyaux de notre patrimoine paysager.

Faune et flore des zones humides constituent un patrimoine naturel d'exception (en moyenne 50% des espèces d'oiseaux et 30% des espèces végétales menacées dépendent directement des zones humides, l'exemple des batraciens en est révélateur).

Les zones humides sont donc d'intérêt commun et il faut conserver ce riche patrimoine. Le schéma de cohérence territoriale (SCOT) doit en particulier les intégrer dans les projets d'aménagement du territoire ainsi que les SAGE.

L'écosystème « zones humides » représente 1.5 millions d'hectares (perte de 65 % des zones humides en France depuis le début du 20ème siècle) soit 3% du territoire métropolitain. A noter qu'en Bretagne 69% des marais salés ont disparu.

La vigilance des citoyens doit plus que jamais être de mise pour recenser le linéaire des cours d'eau et les zones humides pour qu'ils soient protégés et valorisés dans une optique de gestion durable.

Pour en savoir plus :

      • Revue « Eau et rivières » n°124

A LIRE EGALEMENT :


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 200525

Site réalisé avec SPIP 2.1.26 + ALTERNATIVES

     RSS fr RSSJuridique RSSQue faire face à une pollution ?   ?

Creative Commons License