Bretagne Vivante - Section Rade de Brest

Les corridors écologiques ou les corridors biologiques

" les chemins de la vie"

 

L’urbanisation et les infrastructures morcèlent le territoire et créent des isolats empêchant les différentes espèces qui y vivent d’entrer en contact avec les espèces limitrophes.

Il s’ensuit une perte de biodiversité alarmante à laquelle il est plus qu’urgent de remédier.

Pour ce faire, il convient de définir un cadre spatial durable du paysage à partir du "réseau écologique".

Le rôle des espaces de transition, les écotones (haies, mares, lisières, ripisylves ...) qui permettent l’interpénétration des communautés vivantes est primordial en jouant le rôle de maillage écologique.

Des sentiers promenades peuvent aussi jouer des fonctions naturelles, paysagères, récréatives , touristiques, pratiques.

Le numéro 14 de la revue "Espaces Naturesl" présente des réalisations concrètes en décrivant les fonctions d’un corridor, leurs caractéristiques (aérien, aquatique, terrestre).

Des lotissements jusqu’au territoire national, voire international, toutes les échelles peuvent être prise en compte.

Il faut intégrer les corridors dans les SCOT et sur les PLU. L’exemple du département de L’Isère

 

Ainsi l’Agence d’urbanisme de Lorient a intégré la cartographie des corridors dans le SCOT et sur les PLU. Ce faisant, elle a donné aux corridors une valeur juridique. Selon Marie Bonnier (p.15) "En France, la loi d’orientation pour l’aménagement durable du territoire de 1999 opère une première reconnaissance juridique de la notion de corridors écologiques. L’article 23 de cette loi prévoit que le schéma des services collectifs des espaces naturels et ruraux devra identifier les réseaux écologiques, les continuités et les extensions des espaces protégés qu’il convient d’organiser . Ces textes sont progressivement pris en compte comme pour la trame verte alsacienne ou le schéma de cohérence territoriale de la région grenobloise."

 

Dans l’Isère, le conseil général a réalisé un réseau écologique départemental sous la direction de Jean-François Noblet, bien connu des naturalistes et un film video et un DVD de 26’ "les chemins de la vie" a été réalisé (contact : 05 49 69 97 10). Dès qu’une commune démarre un PLU, le conseil général lui envoie une importante documentation dans le cadre du "porter à connaissance (cartes ZNIEFF, zones Natura 2000, arrêtes de protection de biotopes, inventaires des mares, tourbières, zones humides, arbres remarquables ...) Le conseil général y joint les corridors biologiques cartographiées par ses services dans une plaquette intitulée "comment prendre en compte l’environnement dans les PLU", insiste sur " la nécessité de faire établir un état initial faune, flore et environnement de la commune pour le rapport de présentation soumis à l’enquête publique. La carte détaillée des corridors doit en faire partie".
Dans les parcs régionaux

Dans un certain nombre de parcs régionaux volontaires, une méthodologie pour mettre en place des corridors écologiques à l’échelle du territoire a été élaborée, l’ensemble de ce travail est disponible sur le web : http://parcs-naturels-regionaux.tm.fr.

Par ailleurs, Jean Carsignol, ingénieur écologue a déterminé des typologies de passages à faune grâce à une collaboration interdisciplinaire qui seule permet de garantir la fonctionnalité des passages sur le long terme. Contact : jean-carsignol@equipement.gouv.fr.

En Suisse, un réseau écologique national (REN.CH) est réalisé.

Contact : Guy Berthoud (Econat - concept) econat@bluewin.

 

Le Réseau Ecologique National suisse
Le n° 14 d’Espaces Naturels

" Le REN prend en compte sans exclusion l’ensemble des espaces naturesl contribuant à la biodiversité. Il analyse chacune des 5 continuités écologiques spécifiques : continuum forestier, aquatique, agricole, prairail, paludéen (zones humides). Il vise également une approche écosystémique globale du paysage et met en évidence l’état de l’interconnection des espaces vitaux. Un outil cartographique sur SIG synthétise tous les milieux composant la matrice paysagère et leurs utilisations par différents groupes écologiques d’espèces. En fournissant une vision globale de l’interconnection des espaces vitaux, le REN-CH permet de comprendre et de gérer la nature ordinaire qui régule largement les flux biologiques entre les zones nodales à fortes valeurs patrimoniales et de suivre ainsi l’évolution de la fragmentation du paysage et de son incidence sur la biodiversité." (p.20 Espaces Naturels)

 

Ce numéro 14 d’ "Espaces Naturels" est un véritable outil de réflexion et d’action par les exemples qu’il décrit pour l’élaboration des réseaux écologiques à l’échelle de nos territoires, pour penser et organiser un cadre spatial pour la biodiversité et les payasages, mais aussi les usages qui pourraient ou devraient correspondre à cette vision. Ainsi les projets d’urbanisation ou de nouvelles infrastructures seront obligés de tenir compte du réseau des corridors quand ceux-ci auront été validés par les comités scientifiques et obtenu ainsi une officialisation scientique et institutionnelle.

Les documents de la FRAPNA

La FRAPNA a élaboré une mallette pédagogique "nature sans frontières" pour sensibiliser le grand public. La mallette contient des jeux et des documents théoriques pour que chacun puisse faire de petites choses en faveur des couloirs biologiques.

http://www.frapna.org/content/category/7/23/84/

edouard.garnier@frapna.org


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 191165

Site réalisé avec SPIP 2.1.26 + ALTERNATIVES

     RSS fr RSSDossiers RSSLa biodiversité, les sols, les bords de route , les (...)   ?

Creative Commons License