Bretagne Vivante - Section Rade de Brest

Le Grenelle ? du pipeau !

Ci-dessous de larges extraits du discours d’une Directrice de Cabinet du Ministère de l’Ecologie.

Ecologie ou agriculture ?

Que la directrice de cabinet de la secrétaire d’Etat à l’Ecologie Chantal JOUANNO rencontre l’état major de la FNSEA, rien de plus normal. De telles rencontres avec la première organisation syndicale agricole française sont légitimes et mêmes nécessaires, les liens entre les questions agricoles et la préservation des ressources naturelles ou de la biodiversité étant très nombreux. La lecture du discours prononcé le 18 juin dernier par E. JIGUET, devant le conseil syndical de la FNSEA, jette pourtant un vrai malaise.

On pensait le secrétariat d’Etat à l’écologie en charge de défendre les intérêts de la protection de l’environnement et voilà que la Directrice de cabinet, vient devant la FNSEA, défendre les retours en arrière de la politique publique environnementale. Qu’on en juge :

  • La protection des zones humides et l’arrêté de juin 2008 qui définit leurs critères de classement ? Un projet d’arrêté modificatif est en discussion : "les critères de sols ont été revus ce qui conduit mécaniquement à restreindre de façon importante les zones susceptibles d’être classées comme des zones humides. Il est hors de question de dire qu’une terre hydromorphe est une zone humide. Pour être très claire (sic), les zones de maïs ne seront pas remises en cause par la délimitation des zones humides". Ouf, on avait peur ...
  • Le Sdage (schéma directeur d’aménagement des Eaux) jugé peu ambitieux par le public consulté en 2008, " au cours de l’été, les projets vont être étudiés par l’administration centrale pour évaluer leur possible harmonisation, et éviter les mesures exorbitantes" , voilà qui va permettre de rogner les ailes aux sdage pourtant déjà fort timorés !
  • Les programmes d’action de la directive nitrates : "Les préfets sauront déterminer les mesures du programme en fonction du contexte, de l’acceptabilité et de la faisabilité des mesures, en prévoyant éventuellement des avenants et des évolutions progressives les années suivantes" autrement dit, de dérogations en report de délais, comptez sur les préfets pour ne pas décider de mesures dont vous ne voudriez pas !
  • Les installations classées et le nouveau régime d’enregistrement qui évite étude d’impact sur l’environnement et enquête publique : "L’enregistrement est un long combat qua mené le MEEDDAT depuis 2004. Par deux fois les projets ont été quasimment abndonnés du fait du rejet des ONG par crainte d’un trop grand allègement. Nous avançons donc très progressivement. La première étape est l’ordonnance, nous définirons dans un premier temps un peit nombre d’autorisations qui basculeront vers ce nouveau régime. Nous aurons à faire la démonstration que ce nouveau régime ne signifie pas un relâchement de la protection de l’environnement. Ce n’est qu’ensuite que nous pourrons élargir le régime à d’autres autorisations". Patience donc, le tour viendra pour les porcheries et autres élevages industriels de bénéficier de ce nouveau système très risqué pour l’environnement mais très avantageux pour les exploitants...

Ce n’est plus le Grenelle, c’est Waterloo !

Article du site Eau et Rivières où vous pouvez télécharger le texte intégral du discours.


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 191394

Site réalisé avec SPIP 2.1.26 + ALTERNATIVES

     RSS fr RSSActualités RSSBrèves environnementales   ?

Creative Commons License