Bretagne Vivante - Section Rade de Brest

Le Cruiser : vers une ré-homologation ?

Le Ministre de l’agriculture s’apprête, semble-t-il, à ré-homologuer pour un an le CRUISER en l’assortissant d’un comité de pilotage.

Au cours de l’année 2008, ce comité de pilotage n’a jamais travaillé avec la rigueur scientifique inhérente à ce type de suivi :

Absence de compte-rendu des réunions, non prise en compte des remarques pourtant pertinentes des apiculteurs, refus d’intégrer des scientifiques apidologues.

Compte tenu notamment de l’émission de poussières lors des semis confirmée par l’avis de l’AFSSA du 19-11-2008, du fait que ces produits ont été retirés en Italie, Allemagne et Slovénie et du risque induit par ce produit pour l’abeille et pour l’environnement (organismes aquatiques, petits mammifères, oiseaux), les structures apicoles et associations environnementales présentes au Grenelle de l’environnement refusent cette ré-homologation.

Le Cruiser est un insecticide systémique dangereux dont la matière active est le Thiamethoxam. Cet insecticide est utilisé pour traiter les lignées mâles destinées à la production de semences.

La toxicité de cet insecticide est très forte :

5 nanogrammes* (ng) suffisent pour tuer une abeille.

En outre, sa toxicité est équivalente à celle du fipronil et de l’imidaclopride dont on connaît les effets délétères sur le rucher français (cf. affaires Gaucho et Regent).

De plus, des doses de Thiamethoxam aussi basse que 0,5 ng par abeille ont des effets sub-létaux importants.

Ainsi, le Thiamethoxam peut entraîner la perturbation du vol de retour à la ruche des abeilles, dont l’une des conséquences peut être l’affaiblissement des colonies. Le Thiamethoxam est également persistant dans les sols ce qui permet une éventuelle contamination des cultures suivantes.

Les précautions d’usage préconisées par l’AFSSA (dans son avis du 20 décembre 2007) retenues par le Ministère ne reposent que sur des résultats intermédiaires et ne permettent pas de juger des effets sur le long terme de ce produit sur les abeilles, l’Homme et l’environnement. De plus, ces précautions ne nous paraissent pas de nature à limiter les risques à court terme étant donné, notamment, les difficultés à contrôler leur application. En outre, un risque d’extension future de l’homologation pour d’autres usages (sur colza ou encore en production fruitière) n’est pas à écarter.

Enfin, les poussières qui se dégagent au moment du semis de semences enrobées ont été responsables de la disparition d’un grand nombre d’abeilles au printemps 2007 en Italie. Dans ces conditions, et alors que les travaux du Comité Scientifique et Technique (CST) chargé d’évaluer les causes de dépérissement des colonies d’abeilles sont volontairement arrêtés depuis deux ans, nous nous élevons contre cette autorisation et demandons le retrait de cette AMM* qui permettrait à un insecticide qu’on sait être extrêmement dangereux pour les abeilles d’être répandu dans l’environnement au mépris du principe de précaution.

Ci-dessous les informations règlementaires fournies par le producteur lui même SYNGENTA Agro

Classement de la formulation N Dangereux pour l’environnement. Phrase(s) de risque R 50/53 Très toxique pour les organismes aquatiques, peut entraîner des effets néfastes à long terme pour l’environnement aquatique. Conseil(s) de prudence Porter des gants et un vêtement de protection pendant toutes les opérations de traitement de semences, et une protection respiratoire (niveau P2 minimum) durant le nettoyage. S 13 Conserver à I’écart des aliments et boissons y compris ceux pour animaux. S 2 Conserver hors de la portée des enfants. S 20/21 Ne pas manger, ne pas boire et ne pas fumer pendant l’utilisation. S 60 Eliminer le produit et son récipient comme un déchet dangereux. S 61 Eviter le rejet dans l’environnement. Consulter les instructions spéciales/la fiche de données de sécurité. SP1 Ne pas polluer l’eau avec le produit ou son emballage. SPe1 Pour protéger les eaux souterraines, ne pas utiliser ce produit ou tout produit contenant des substances de la même famille en traitement des semences sur plus d’une culture sur trois. SPe5 Pour protéger les oiseaux et les mammifères sauvages, les semences traitées doivent être enfouies dans le sol ; s’assurer que les semences traitées sont enfouies au bout des sillons. SPe8 Dangereux pour les abeilles. Ne pas introduire de plantes pouvant devenir attractives pour les abeilles dans la rotation culturale ou appliquer des mesures permettant de limiter l’exposition des abeilles. Précautions à prendre pour l’utilisateur Porter des gants et des vêtements de protection pendant toutes les opérations de traitement de semences et une protection respiratoire (niveau P2 minimum) durant le nettoyage. Contient de la 1,2-benzisothiazoline-3-one, peut déclencher une réaction allergique.

Questions sans réponse :

Sur le protocole du suivi de l’insecticides Cruiser :

Pourquoi l’AFSSA a-t-elle donné un avis sur le suivi du Cruiser sans en connaître la totalité des résultats ? (C’est une habitude : elle a donné un avis favorable au pesticide Cruiser alors que Syngenta n’a pas fourni la totalité des études requises par la loi)

Pourquoi ne pas attendre d’avoir tous les résultats du protocole de suivi pour prendre une décision ?

Pourquoi refuser une expertise de ce protocole et de ses résultats par des chercheurs spécialistes de l’abeille ?

Sur le Cruiser et le rapport Saddier

Comment peut-on justifier, d’une part de mobiliser des moyens et des fonds publics pour le soutien de la filière apicole, et d’autre part, d’autoriser un pesticide qui décimera les ruches ?

Sur le Cruiser et l’agriculture durable

Comment peut-on prétendre développer une agriculture durable et autoriser des insecticides neurosystémiques en traitement de semences ? Comment prétendre atténuer les risques liés aux poussières émises lors des semis avec une mesure consistant à préconiser l’usage de déflecteurs à adapter aux semoirs, alors que dans le parc français de ces semoirs pneumatiques plus de la moitié ne peut subir cette modification ? EN EFFET :

1.Ces insecticides sont systémiques donc présents dans la plante pendant toute sa vie et contaminent le pollen et le nectar et l’alimentation humaine. L’imidaclopride du Gaucho est une des molécules dont les résidus sont trouvés le plus fréquemment dans l’alimentation (enquête européenne 2008) 2.Ces insecticides perdurent plusieurs années dans le sol et contaminent les plantes non traitées, les eaux, et l’ensemble de l’environnement. 3.Ces insecticides sont très toxiques pour les abeilles, les pollinisateurs, les vers de terre et autres organismes du sol, les auxiliaires des cultures, les oiseaux... 4.Ces insecticides sont d’usage systématique (assurance multirisques !) et sont en contradiction fondamentale avec les principes de l’Agriculture Durable où la lutte des ravageurs doit être intégrée : utilisation de pesticide seulement quand c’est nécessaire.

Pour satisfaire les exigences d’un petit nombre de cultivateurs de maïs qui refusent de pratiquer la rotation des cultures (qui permet de gérer proprement les parasites du sol), Peut-on mettre en danger la filière apicole, les insectes pollinisateurs et l’environnement ?

Où sont donc passées les résolutions du Grenelle de l’environnement ?


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 194323

Site réalisé avec SPIP 2.1.26 + ALTERNATIVES

     RSS fr RSSActualités RSSActualités nationales   ?

Creative Commons License